Taxation mondiale des plus grandes multinationales – une mauvaise nouvelle pour les paradis fiscaux ?

Réunis à Londres, les ministres de l’Économie des nations membres du G7 ont abordé la question périlleuse de la taxation des plus grandes multinationales, dont les géants du numérique.

Les Etats membres du G7 se sont bel et bien mis d’accord sur la création d’un impôt global portant sur les résultats des plus grandes entreprises mondiales, dont le taux devrait être fixé à 15 % au minimum. Pour Rishi Sunak, ministre britannique des Finances publiques, c’est « un accord historique ». Olaf Scholz, son équivalent Allemand, ajoute que cet accord est « une très mauvaise nouvelle pour tous les paradis fiscaux du monde ».

Bruno Le Maire, lui, a tenu à préciser que le taux de 15 % évoqué ici n’est qu’un « point de départ », s’engageant à militer pour l’adoption par le G20 et l’OCDE d’un taux supérieur. Mais en Irlande, pays qui joue la carte du dumping fiscal depuis des années pour attirer les sièges européens des multinationales — avec succès —, on s’inquiète déjà de cette mesure. L’Irlande permet aux entreprises de bénéficier d’un taux d’imposition de 12,5 % pour toutes les activités européennes qu’elles factures depuis le pays.

Enfin, Facebook est l’une des premières entreprises à avoir réagi à cette annonce. La firme dit — non sans une certaine hypocrisie — qu’elle milite depuis des années pour « une réforme des règles globales d’imposition » et ajoute souhaiter que « cette réforme aboutisse » en reconnaissant que « cela pourrait conduire Facebook à payer plus d’impôts dans différents pays ».

lesnumeriques

  A RECOMANDEE

Laisser un commentaire