L’ONU lance la campagne « Only Together » pour l’accès équitable aux vaccins contre la Covid-19

Les Nations Unies ont lancé jeudi une nouvelle campagne intitulée « Only Together » ou #Ensemble, en soutien à l’appel de l’Organisation pour un accès équitable aux vaccins contre la Covid-19 dans le monde.

La campagne souligne la nécessité d’une action mondiale coordonnée pour garantir l’accessibilité aux vaccins dans tous les pays, à commencer par les agents de santé et les personnes les plus vulnérables.

Dans un message pour le lancement de la campagne, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré qu’« aujourd’hui, grâce à la promesse des vaccins, nous pouvons voir la lumière au bout du tunnel. Les scientifiques ont fait des merveilles, développant des vaccins sûrs et efficaces en un temps record ».

« Nous avons maintenant l’outil pour arrêter la Covid-19 dans son élan », a-t-il ajouté.

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a rappelé qu’« au cours de l’année passée, nous n’avons tous pas pu faire ce que nous aimons faire avec les autres – manger, nous serrer dans les bras, aller à l’école et au travail ».

« Des millions parmi nous ont perdu quelqu’un qu’ils aimaient ou ont vu disparaitre leur gagne-pain. Un effort scientifique mondial sans précédent pour les vaccins nous a donné l’espoir de vaincre le virus – mais seulement si nous travaillons ensemble pour garantir que chacun, partout, ait accès aux vaccins contre la Covid-19. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons mettre fin à la pandémie », a-t-elle ajouté.

Plus de 2,5 millions de personnes dans le monde ont perdu la vie à cause de la Covid-19, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les vaccins contre la Covid-19 sauverons les vies des gens, empêcheront l’émergence de nouveaux variants, relanceront les économies et offriront le meilleur espoir de mettre fin à la pandémie.

Le plus grand déploiement de vaccins de l’histoire est en cours avec des millions de doses administrées dans le monde, y compris dans certains des pays les plus pauvres du monde, grâce aux efforts de COVAX, le mécanisme mondial d’équité en matière de vaccins.

Mais ces doses ne couvriront, dans un premier temps, qu’un petit segment de la population – les agents de santé et les personnes les plus vulnérables. D’ici la fin de 2021, COVAX vise à offrir des vaccins à près de 30% de la population de chaque pays participant. Mais ce progrès est dérisoire comparé aux dix pays riches qui possèdent près de 80% de tous les vaccins contre la Covid-19, avec certains prévoyant de vacciner toute leur population dans les prochains mois.

2 milliards de dollars pour vacciner les plus démunis d’ici la fin de l’année

COVAX, qui est dirigé par l’OMS, GAVI et la Coalition pour l’Innovation en matière de préparation aux épidémies (CEPI), et en partenariat avec l’UNICEF, compte 190 pays participants. Deux milliards de dollars sont nécessaires pour atteindre pleinement son objectif de vacciner les plus démunis d’ici la fin de l’année.

S’engager pour de nouveaux financements pour le COVAX est essentiel, mais il est possible de faire davantage pour élargir l’accès aux vaccins en partageant les vaccins en excès, en transférant la technologie, en offrant des licences volontaires ou même en renonçant aux droits de propriété intellectuelle.

« Si les scientifiques du monde ont été capables, juste en sept mois, de développer des vaccins sûrs et efficaces, les objectifs des dirigeants mondiaux doivent également être en mesure de battre des records- afin de fournir un financement suffisant et accélérer la fabrication pour permettre à chacun sur Terre d’être vacciné », a déclaré Melissa Fleming, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies pour la communication globale.

« Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons protéger les travailleurs de la santé et les personnes les plus vulnérables dans le monde. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons relancer nos économies. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons mettre fin à cette pandémie et nous rétablir.  Et ensuite, ensemble, nous pourrons retourner à tout ce que nous aimons », a conclu le Secrétaire général de l’ONU.

Source: news.un.org

  A RECOMANDEE

Laisser un commentaire